Actualités

Nous en sommes à une semaine de confinement,
pour cause de covid-19...!

par Didier Fayol

 

         C’est un choix stratégique qui repose sur des modèles mathématiques ayant convaincu la plupart des gouvernants européens en tout cas (pas tous !).

         Vous verrez dans le texte de Jean-Dominique MICHEL (référence en bas de ce texte) que d’autres options auraient pu être prises.

         Ce sera à étudier plus tard, profondément, sans esprit revanchard.

         Pour l’instant le choix c’est d’être confinés et nous devons le respecter.

         Nous vivons une expérience unique avec l’arrêt de notre modèle agité, productiviste, bruyant qui nous place en face de nous-même et en même temps libère notre environnement.

Initialement c’est la peur d’être infecté qui motive cela. Nous pouvons porter un autre regard et transformer cette expérience imposée par des modèles mathématiques alarmistes, créant cette peur que beaucoup vivent.

 

         En effet si nous échappons à la peur nous pouvons saisir cette merveilleuse chance d’avoir rendez-vous avec nous.

         Nous pouvons reprendre contact avec cette zone de cohérence intérieure installée profondément en nous, enfin perceptible dans le silence retrouvé. Notre époque et son agitation recouvrent cet espace et le rendent difficile d’accès.

         C’est l’opportunité d’un entrainement à se rendre disponible à soi-même, s’inviter à prendre contact avec cet espace intérieur où se niche le Moi, le Je Suis et son immunité toute puissante.

         C’est l’occasion d’exprimer intérieurement, de nommer l’existence de notre intégrité corporelle, qu’aucune entité, virale ou autre ne peut investir. Je Suis présent dans toutes mes cellules, tous mes tissus.

         Nous avons le temps de prendre rendez-vous avec nous dans un état de présence forte, méditatif ou non, et formuler l’injonction d’accès à une autre potentialité que celle qui nous est régulièrement assénée.

          Cette injonction est un appel à notre Je Suis pour instaurer notre pouvoir intérieur face au virus. Peu importe d’où vient le virus, comment il a été produit (pour l’instant, nous pourrons le considérer ensuite…) il est un vecteur d’éveil à nous-même par-delà la peur et il agit à grande échelle.

         Ce peut être l’occasion d’un retournement fondamental où nous privilégierons ce temps personnel d’accès à cet espace où se niche le Moi, clé de notre immunité mais aussi de nos goûts et désirs profonds à même de révéler quel sens donner à notre vie, quelle intention  nous anime pour le monde à venir.

        

         Nous pouvons expérimenter ce temps au-delà la peur du vide que le confinement peut procurer. C’est dans ce vide qu’est caché notre joyau, notre essence et nous pouvons  les partager, non pas dans un pur instinct grégaire pour apaiser la peur du vide, mais dans un élan d’amour vers l’autre à partir du soi retrouvé pour un échange joyeux et enthousiaste.

         Nous vivons une merveilleuse époque de transformation profonde sur un fil d’équilibriste entre  la peur-terreur d’un côté et l’ouverture, la joie et l’espoir de l’autre.

 

         En pratique nous pouvons avoir un temps méditatif quotidien d’accès à notre Je Suis en formulant fermement notre présence dans toutes nos cellules et l’élargir à nos frères humains leur souhaitant le même accès, la même évolution vers eux-mêmes, vers leur pouvoir intérieur.

 

         Ainsi, avec le covid-19 nous ne vivons pas une guerre contre un ennemi sournois mais au contraire nous vivons l’opportunité  d’accéder à notre intériorité, à notre source lumineuse et d’en extraire la  capacité de créer un monde sans ces virus issus de tant d’années de quête du profit au mépris de tous les règnes du vivant.

         Il est temps de nous réconcilier avec notre environnement en commençant par nous retrouver nous-même !

Lien vers un article de Jean-Dominique Michel, suisse et anthropologue de la Santé & expert en santé publique :  http://jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2020/03/18/covid-19-fin-de-partie-305096.html

Et maintenant
Le projet de Panta Pontes

Notre monde repose sur l’information : nous sommes ce que nous pensons. 

Actuellement, l’information dominante est l’idée d’un monde en grand danger; celle d’un risque majeur pour nous et notre environnement. 

En termes quantiques, c’est la concrétisation, la matérialisation d’une potentialité nourrie par la quête de toute puissance, l’avidité, la compétitivité, le tout dans un total irrespect du vivant. 

Nous voulons une autre potentialité. Nous voulons nous donner la possibilité qu’elle advienne en lieu et place de celle, peu avenante, qui nous est actuellement imposée. Cette potentialité est celle d’un univers bienveillant, fraternel, respectueux du vivant où tout est coopération, partage. 

Nous, les membres de Panta Pontes, nous réunissons par la pensée, la méditation, là où nous sommes, pour demander qu’advienne cette autre potentialité. Nous précisons chaque fois notre demande retenue pendant un mois ou plus. Nous contactons notre double, pour ceux qui en ont l’habitude, ou tout ce qui représente pour nous, l’accès au monde du possible. 

Méditation chaque lundi soir à 19h30 pendant 10/15 mn. 

Il est possible de se relier entre 19h15 et 20h30 afin de participer à l’égrégore, créateur d'une dynamique spirituelle en faveur d’un autre devenir. 

 

Pour les lundis à venir voici la proposition : « Nous demandons qu’advienne un modèle relationnel respectueux du vivant sous toutes ses formes. » 

 

​Panta Pontes, le 20 décembre 2018​

Bon à savoir !

• Une fois inscrit et quelques jours avant la marche vous recevrez un mail de précision et la liste des participants pour organiser vos covoiturages.

© PANTA PONTES 2018